• Aide

Les sculpteurs de Dieu

Livre

Résumé

Cette étude est le fruit d'une patiente recherche généalogique et artistique sur une famille de maîtres sculpteurs établie à Neufchâteau (Meuse) au début du XVIIe siècle et qui se perpétua de génération en génération, de maîtres en apprentis. Jacquin, Christophe, Thierry, Lamoureux, Gerdolle, tels sont les noms de ces grands artistes qui de 1600 à 1789, restèrent fidèles à leur vocation.


  • Autre(s) auteur(s)
  • Éditeur(s)
  • Date
    • 1998
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 141 p. : ill. ; 24 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • Lieu
  • ISBN
    • 2-911043-41-3
  • Indice
    • 734.404 Sculpture Renaissance baroque et classique française
  • Quatrième de couverture
    • Toute région a eu son âge baroque et son «art nouveau» (aux dix-septième et dix-huitième siècles). En Lorraine, cet art s'est tardivement insinué dans le décor des demeures mais il s'est par contre très tôt imposé dans les églises et il y est resté très tard, sous le nom de «mobilier rocaille». La piété très vive ainsi que la densité du couvert forestier peuvent expliquer en partie cet état de fait : mais la raison essentielle tient au talent exceptionnel d'une famille de maîtres-sculpteurs établie à Neufchâteau au début du dix-septième siècle, et qui se perpétua de génération en génération, de maîtres en apprentis. Jacquin, Christophe, Thierry, Lamoureux, Gerdolle, tels sont les noms des flamboyants artistes qui, de 1600 à 1789, restèrent fidèles à leur vocation et se muèrent en sculpteurs de Dieu.

      Le livre de Jean-François et Marie-Françoise Michel est le fruit d'une patiente recherche généalogique et artistique menée dans le bassin des sources de la Meuse, dont les villes de Neufchâteau et de Lamarche sont les points forts. La guerre de Trente Ans fit partir du berceau néocastrien nombre de membres de la famille Jacquin qui se réfugièrent à Paris et à Lyon. D'ailleurs quel curieux destin que celui de François Jacquin, dit le «Grand Jacquin», qui faillit périr sur le bûcher pour avoir tenté d'empoisonner Lulli ! Qui sait encore que le plus vieil amphithéâtre de France, au 5 rue de l'Ecole de médecine à Paris, a été sculpté de ses mains ? Qui sait enfin que Joseph Jacquin se fit connaître sur les chantiers du Soleil (aux Invalides), pour terminer sur ceux de l'Etoile du Nord (à Stockholm) ? Les sculpteurs de Dieu furent en leur temps les colporteurs et les pédagogues d'un savoir-faire dont bénéficièrent bien des capitales et des ateliers princiers.

      Jean-François et Marie-Françoise Michel, professeurs d'histoire, s'occupent depuis vingt ans de l'identité culturelle et de la restauration du patrimoine artistique du bassin des sources de la Saône. Jean-François Michel a coordonné la publication du volume. Bénédictins entre Saône et Meuse (1996).

  • Origine de la notice:
    • Electre
  • Disponible - 734.404 MIC

    Niveau 3 - Arts