• Aide

L'Âge d'or de l'Islam : lorsque le monde parlait arabe

Vidéo

Résumé

Du IXe au XIIe siècle, le monde musulman connaît un grand essor politique, intellectuel et artistique. Bagdad est une grande cité administrative et culturelle où se trouvent de nombreux manuscrits grecs. Les Arabes, en traduisant ces textes, reconstituent, d'une certaine façon la philosophie grecque, notamment celle d'Aristote. De grands penseurs tel que Averroes la revisitent. Ainsi la pensée antique, plus ou moins occultée par le Moyen-âge chrétien, renaîtra en Occident , vers la Renaissance, grâce aux Arabes qui sont devenus "des passeurs". La rivale de Bagdad fut, pendant longtemps dans l' Espagne musulmane, la très brillante Cordoue. Le royaume maure de Grenade, par son raffinement et sa tolérance, marqua l'apogée du monde arabe : il réunit les trois cultures, juive, chrétienne et musulmane ; loin de s'opposer, elles se complètent, formant une civilisation originale. Cependant les non-musulmans devaient s'acquitter d'un impôt supplémentaire pour exercer leurs fonctions. De la philosophie à la médecine et à la botanique, des mathématiques à l'astronomie, les Arabes reprennent l'héritage grec pour mieux le développer. Ainsi, ils s'inspirent en astronomie de Ptolémée et font de nouvelles découvertes. En mathématiques, ils inventent les nombres ; ils séparent la pharmacie de la médecine. Bref, le rayonnement scientifique et culturel de l'Islam, son expansionnisme, fascine et inquiète l'Occident médieval. Curieusement, à l'époque des Croisades, les Européens vont s'approprier des connaissances arabes et grecques, traduisant de nombreux textes. Par contre, les Arabes ne s'intéressent pas aux livres occidentaux écrits en latin et peu à peu vont s'enfermer dans leur propre culture.


  • Consultable à la Bpi

  • Consultable à la Bpi

  • Consultable à la Bpi

  • Consultable à la Bpi