• Aide

Lycophron : éclats d'obscurité : actes du colloque international de Lyon et Saint-Étienne, 18-20 janvier 2007

Livre

Résumé

L'oeuvre de Lycophron, poète de l'école alexandrine du IIIe siècle av. J.-C., est abordée selon des perspectives poétique, linguistique, stylistique, archéologique, historique, mythologique.


  • Contributeur(s)
  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2009
  • Notes
    • Textes des communications en français, italien et anglais. Résumés en français et en anglais
    • Bibliogr. p. 655-698. Index
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 1 vol. (741 p.) : couv. ill. ; 24 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • Genre
  • ISBN
    • 978-2-86272-491-1
  • Indice
  • Quatrième de couverture
    • De l'oeuvre abondante de Lycophron, il n'est resté que le poème inclassable qu'est l'Alexandra auquel est consacré le présent ouvrage. L'Alexandra, qui tient à la fois de la tragédie et de l'épopée, rapporte le contenu des prophéties émises par la fille de Priam, Cassandre alias Alexandra, au moment où son frère Pâris part de Troie pour enlever Hélène ; ces prophéties portent sur l'avenir de Troie et de la Grèce et balayent quasiment l'ensemble de la mythologie et de l'histoire jusqu'à l'époque ptolémaïque. Ce poème prophétique se caractérise par son obscurité fameuse qui en fit le parangon de l'oeuvre illisible et absconse. Cette obscurité tient à des raisons stylistiques et à une mentalité d'antiquaire mythographe qui recherche obstinément, à des fins de sauvegarde, les mythes les moins connus. Le lecteur devrait être décontenancé par ces (fausses) prophéties, mais se prend au jeu de l'énigme dans une atmosphère de connivence bien caractéristique de la poésie alexandrine. Le poème de Lycophron a été envisagé ici à la fois dans une perspective générale et générique à propos de sa construction spéculaire et de sa signification poétique, dans ses pratiques linguistiques et poétiques telles que la parodie, l'ironie, l'intertextualité, dans son orientation mythologique, historique et documentaire, ainsi que dans sa réception dans la poésie augustéenne et à l'époque byzantine.

      Christophe Cusset, professeur de langue et littérature grecques à l'ENS LSH (Université de Lyon), est spécialiste de la poésie alexandrine. Il a publié La Muse dans la Bibliothèque (CNRS éditions, 1999), Les Bacchantes de Théocrite (L'Harmattan, 2001), Ménandre ou la comédie tragique (CNRS éditions, 2003), différents ouvrages collectifs sur la littérature scientifique ainsi qu'une traduction commentée de l'Alexandra (L'Harmattan, 2008, avec C. Chauvin).

      Évelyne Prioux, chargée de recherches au CNRS (UMR ArScAn, Paris Ouest-Nanterre-La Défense), est spécialiste de la critique d'art dans l'Antiquité et du genre épigrammatique. Elle est l'auteur de Regards alexandrins. Histoire et théorie des arts dans l'épigramme hellénistique (Peeters, 2007) et de Petits musées en vers. Épigramme et discours sur les collections antiques (CTHS-INHA, 2008).

  • Origine de la notice:
    • BNF
  • Disponible - 875 LYCO 5 LY

    Niveau 3 - Langues et littératures