• Aide

L'Etat prédateur : comment la droite a renoncé au marché libre et pourquoi la gauche devrait en faire autant

Livre

Résumé

Selon l'auteur, le marché libre n'est qu'un mythe instrumentalisé par une droite qui ne cesse de renforcer l'emprise de l'Etat sur l'économie pour servir les intérêts d'une minorité privilégiée. La nouvelle gauche libérale s'est laissé contaminer par ce mythe et elle devrait comprendre que les défis de la crise ne peuvent être relevés au contraire que par la planification et le contrôle public.


  • Éditeur(s)
  • Date
    • impr. 2009
  • Notes
    • Index
  • Langues
    • Français
    • , traduit de : Anglais
  • Description matérielle
    • 1 vol. (311 p.) ; 21 cm
  • Collections
  • Titre(s) en relation
  • Sujet(s)
  • Epoque
  • Lieu
  • ISBN
    • 978-2-02-099800-0
  • Quatrième de couverture
    • Depuis trente ans, le culte du marché a dominé le discours politique. État modeste, impôts limités, déréglementation et libre-échange sont devenus les maîtres mots de ce dogme dont le succès fut tel qu'il a fini par faire de plus en plus d'apôtres au sein de la gauche. Or, à l'aube du XXIe siècle, nous assistons en Amérique à un drôle de chassé-croisé idéologique. Au moment où la gauche moderne a presque achevé sa conversion au marché libre, la droite conservatrice a définitivement abandonné cette idée. Galbraith montre comment, des années Reagan aux années Bush, la droite au pouvoir a transformé les États-Unis en république-entreprise où l'économie n'est pas régie par les marchés mais par une coalition de puissants lobbies industriels. Ces derniers sont soutenus par un État prédateur qui, loin de limiter l'emprise du gouvernement sur l'économie, entend bien au contraire l'approfondir pour détourner l'action et les fonds publics au profit d'intérêts privés. Si le discours officiel est resté libéral, c'est précisément pour masquer cette forme perverse d'étatisme. La nouvelle gauche libérale s'est laissé contaminer par le culte du marché libre qui n'a jamais été qu'un mythe instrumentalisé par ses promoteurs. Elle serait bien inspirée de se désintoxiquer et de comprendre enfin que les marchés n'apporteront aucune solution à la crise contemporaine, à la pauvreté, aux inégalités, à la crise écologique, tous ces défis qui appellent au contraire la planification, le contrôle public de la répartition des revenus et du financement de l'économie.


  • Tables des matières
      • L'État prédateur

      • Comment la droite a renoncé au marché libre et pourquoi la gauche devrait en faire autant

      • James K. Galbraith

      • Éditions du Seuil

      • Préface à l'édition française 11
      • Avant-propos 17
      • Première partie Encore un dieu qui meurt
      • 1 Qu'est-il arrivé aux conservateurs ?25
      • 2 La liberté d'acheter41
      • 3 Les réductions d'impôts et le merveilleux marché de l'esprit53
      • 4 La guerre de l'oncle Milton71
      • 5 Le rêve impossible de l'équilibre budgétaire85
      • 6 Le libre-échange, ça n'existe pas105
      • Deuxième partie L'économie simple des prédateurs et de la proie
      • 7 Le vrai sens de la hausse de l'inégalité137
      • 8 L'increvable New Deal155
      • 9 La crise de la grande entreprise171
      • 10 L'essor de l'État prédateur185
      • Troisième partie Combattre les prédateurs
      • 11 «Faire fonctionner les marchés», ça ne marche pas219
      • 12 Il faut planifier237
      • 13 Il faut fixer des normes253
      • 14 Comment payer ?279
      • Remerciements 295
      • Index 299

  • Origine de la notice:
    • BNF
  • Disponible - 338 GAL

    Niveau 3 - Economie