• Aide

Les âmes grises : récits photographiques d'après-guerre : exposition, Boulogne-Billancourt, Musée Albert Kahn, du 27 mai au 26 octobre 2014

Exposition. Boulogne-Billancourt, Musée Albert Kahn. 2014

Livre

Résumé

Dans le cadre du festival Allers-retours organisé au Musée Albert-Kahn, cette exposition réunit les oeuvres de huit photographes pour aborder la question de la narration liée aux conflits les plus sanglants : génocide au Rwanda, paysages dévastés du Liban, guerre au Sri Lanka, etc. Les images mettent ainsi en évidence la relation entre la subjectivité du photographe et la réalité des sujets.


  • Autre(s) auteur(s)
  • Contributeur(s)
  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2014
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 1 vol. (160 p.) : illustrations en couleur ; 25 x 21 cm
  • Sujet(s)
  • ISBN
    • 978-2-35906-117-8
  • Indice
    • 77.49 Sujets photographiques divers
  • Quatrième de couverture
    • Les Âmes grises, récits photographiques d'après-guerre, présente les travaux de huit photographes qui évoquent la question de la guerre en creux, par les marques indélébiles laissées dans les paysages, les corps ou les mémoires. À la différence de la démarche d'un grand reporter qui produit des témoignages directs au plus près du feu des combats, ils sont impliqués dans le processus de construction des récits de guerre, de l'émergence des premiers mots au moment où le discours intègre la « grande histoire ».

      Dans un premier temps, le récit est âpre, parfois insoutenable : Jonathan Torgovnik recueille le témoignage pudique mais brut des femmes violées du Rwanda, puis fait leur portrait avec leur enfant né du viol et Rita Leistner confronte portraits de citoyens aux paysages dévastés du Liban. Ensuite, le récit devient collectif, partisan et revendicatif : Laetitia Tura enregistre les souvenirs amers des derniers républicains espagnols exilés et Camilla De Maffei capte la douleur des rescapés du siège de Sarajevo en suivant les fantômes qui hantent les pentes du mont Trebevi(...). Plus tard, le récit se ritualise et structure la vie du groupe : Vasantha Yogananthan suit les exilés tamouls d'Île-de-France lors de leurs reconstitutions théâtralisées de la guerre du Sri Lanka et Émeric Lhuisset met en scène des soldats kurdes selon les compositions de la peinture d'histoire. Enfin, le temps ayant fait son oeuvre, les derniers témoins ayant disparu, s'ouvre le moment de l'inscription dans la grande histoire : Bertrand Carrière rend hommage aux soldats canadiens tombés sur les plages de Dieppe lors du fiasco de l'opération Jubilee de 1942 et Patrick Tourneboeuf répertorie les monuments aux morts de la Grande Guerre, pages de l'histoire nationale inscrites directement dans l'espace public français.


  • Origine de la notice:
    • Electre
  • Disponible - 77.49 AME

    Niveau 3 - Arts