• Aide

Lésions dentaires associées aux acides d'origine exogène et endogène

Dental lesions associated with exogenous and endogenous acids

Article

dans Acta endoscopica [ISSN 0240-642X], 2008, Vol. 38, N° 3 ; p. 263-281 ; http://hdl.handle.net/2042/19103

Auteur(s) : VREVEN, J. ; VERMEERSCH, G. ; MAINGUET, P.


  • Contributeur(s)
  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2008
  • Notes
    • La pathologie dentaire liée à l'agression acide et en particulier au reflux gastro-oesophagien supraglottique est largement méconnue en gastroentérologie y compris par les endoscopistes qui cependant, opèrent « bouche ouverte ». Actuellement bien définies et très reconnaissables, ces lésions érosives n'ont guère bénéficié d'une évaluation de leur prévalence et de leur fréquence alors qu'à un stade avancé, elles sont irréversibles. Le diagnostic précoce est donc indispensable. La destruction des tissus dentaires calcifiés par des mécanismes autres que la carie est reprise sous le terme général d'usure ou de lésions non-carieuses. L'usure mécanique due aux frottements dento-dentaires (dents antagonistes) affecte les faces occlusales des dents postérieures et les bords incisifs des dents antérieures. Elle constitue l'attrition. Le bruxisme est la principale cause. L'usure mécanique provoquée par des éléments introduits dans la cavité buccale est appelée abrasion. Classiquement, l'abrasion pathologique est associée à un brossage dentaire inapproprié: dentifrice abrasif, brosse à dents dure, brossage appuyé et à prédominance horizontale. Elle se localise habituellement dans la région cervicale des faces vestibulaires. L'opinion actuelle plaide en faveur d'une étiologie mixte: attaque chimique favorisant l'élimination mécanique de l'émail fragilisé. Le rôle déterminant de la déminéralisation d'origine non-bactérienne ou érosion apparaît de plus en plus clairement. L'érosion peut être d'origine exogène. Les acides et les chélateurs d'origine alimentaire (jus de fruits, boissons carbonatées, légumes, etc.) en sont les principaux agents responsables. La fréquence d'ingestion et la durée du séjour des liquides acides dans la cavité buccale sont déterminantes. L'érosion endogène est provoquée par la présence répétée du contenu acide d'origine gastrique dans la cavité buccale. Celui-ci provient essentiellement de vomissements spontanés et surtout provoqués (anorexie et boulimie) ou de régurgitations gastro-oesophagiennes. La localisation spécifique des érosions endogènes au niveau des faces palatines des dents antéro-supérieures doit attirer l'attention du dentiste qui, sur base d'une anamnèse approfondie, pourra orienter le patient vers le médecin spécialiste concerné, très souvent un gastroentérologue. Il est difficile d'isoler l'étiologie principale de l'usure, vu l'absence de spécificité de la plupart des lésions initiales et leur origine généralement combinée. Elle est cependant capitale afin de pouvoir prévenir la progression des lésions et préserver les restaurations. Selon l'étiologie (bruxisme, mesures d'hygiène buccale inadéquates, consommation excessive de produits acides, troubles du comportement alimentaire, alcoolisme chronique, régurgitation gastro-oesophagienne...), la suppression de la cause initiale peut être plus ou moins difficile à réaliser. Les lésions débutantes sont contrôlables de manière non invasive par pose de résines fluides et/ou d'adhésifs. Les lésions peu importantes pourront encore être traitées par des techniques simples de collage direct de résines composites permettant de restaurer l'anatomie. En cas de destructions étendues, les méthodes indirectes par inlay/onlay, facettes et couronnes seront requises. Un suivi régulier est indispensable.
  • Langues
    • Français
  • Sujet(s)
  • Droits
    • http://irevues.inist.fr/utilisation
  • Résultat de :