• Aide

La composition corporelle des adolescentes. La mode et quelques répercussions cliniques

Article

dans Bulletins et mémoires de la société d’anthropologie de Paris


  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2006-01-05
  • Notes
    • Les changements biologiques et psychologiques qui surviennent au moment de la croissance fragilisent l’enfant et peuvent favoriser des facteurs de risque durant cette période de maturation et dans sa future vie d’adulte. L’influence de la publicité et la pression sociale font naître, essentiellement chez les filles, un nouveau prototype corporel où l’extrême maigreur n’est plus l’exception comme c’était le cas dans les périodes précédentes. Pour détecter les possibles risques ou maladies causés par de telles modifications, 134 adolescentes de la ville de Madrid et de sa banlieue, âgées de 15 à 17 ans, ont été échantillonnées. Les participantes connaissaient les objectifs de l’étude et y ont participé volontairement avec le consentement parental. Deux sous-échantillons contrastés ont été comparés, en fonction de l’indice de masse corporelle (groupes au-dessous et au-dessus de la limite du dixième percentile somatique, soit IMC = 17). On constate une très basse ingestion de calories (900 Kcal/jours) pour les filles avec un IMC < 17, et une diminution de la proportion recommandée d’hydrates de carbone. On remarque également une prise alimentaire irrégulière et des comportements alimentaires à risque. La composition corporelle est modifiée par rapport aux normes habituelles chez la femme, ce qui pourrait être la cause de 77.7 % des aménorrhées et de l’androgénicité dans la distribution des graisses.
  • Sujet(s)
  • Droits
    • info:eu-repo/semantics/openAccess
  • Résultat de :