• Aide
  • Eurêkoi Eurêkoi

Livre

Le musée de cire : roman

Résumé

Le marquis de Villa Rica a surpris sa jeune épouse en train de faire l'amour avec un professeur de piano d'origine italienne. L'auteur profite de cette intrigue pour faire la caricature d'un siècle où le pouvoir est reconsidéré, où une classe sociale se retrouve en perte de vitesse.


  • Contributeur(s)
  • Éditeur(s)
  • Date
    • 1984
  • Notes
    • Trad. de : "El museo de cera"
  • Langues
    • Français
    • , traduit de : Espagnol, castillan
  • Description matérielle
    • 1 vol. (173 p.) ; 20 cm
  • Collections
  • Titre(s) en relation
  • ISBN
    • 2-226-02019-5
  • Indice
  • Quatrième de couverture
    • Le marquis de Villa Rica a surpris sa jeune épouse en train de faire l'amour avec un professeur de piano d'origine italienne. Son esprit fantasque le pousse à commander la reproduction, grandeur nature et modelée dans la cire, de cette scène honteuse qui marquera sa déchéance. Voilà la petite histoire, plutôt comique, à travers laquelle Jorge Edwards fait une prodigieuse caricature d'un siècle où, partout, se sont mis à pousser d'invisibles murs de Berlin et des ponts infranchissables.

      Le romancier ne s'en tient pas à la simple anecdote érotique, qui pourtant exprime si bien les peurs et les fantasmes d'une classe sociale en perte de vitesse, mais il conduit de main de maître un récit, où le burlesque "enfle" jusqu'à se transformer en un humour sinistre d'une stupéfiante efficacité, sur le véritable changement de pouvoir dans le monde.

      L'humour grinçant de Jorge Edwards, dans ce conte, cette fable ou cette allégorie, se joue de notre curiosité. Est-ce bien du Chili qu'il s'agit ? Et le marquis, sa jeune et belle épouse, le prof de piano bellâtre et l'inquiétante Cuisinière qui prend les choses en main n'ont-ils fait que traverser nos rêves, tels des fantômes grimaçants ?


  • Origine de la notice:
    • FR-751131015 ;
    • BPI
  • Disponible - 868.49 EDWA.J 4 MU

    Niveau 3 - Langues et littératures