• Aide

L'Architecture du fer : France XIXe siècle

Livre

  • Éditeur(s)
  • Date
    • Cop. 1986,
  • Notes
    • Bibliogr. p. 316-322. Index
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 1 vol. (322 p.) : ill. ; 27 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • Epoque
  • Lieu
  • ISBN
    • 2-903528-71-3
  • Indice
    • 72.23 Matériaux utilisés en architecture
    • 724.406 Architecture française du 19e siècle
  • Quatrième de couverture
    • Légèreté et transparence, rationalité et puissance des formes : l'architecture du fer fait aujourd'hui figure d'ancêtre reconnu de la modernité. Mais cet essor du métal, à travers une invention formelle infatigable et un goût du décor exubérant, participe aussi pleinement du concert foisonnant du XIXe siècle. Indissociable des grands programmes architecturaux apparus ou renouvelés par le développement de la société industrielle, l'architecture du fer est une des créations les plus originales du XIXe siècle, une de celles qui contribuent avec le plus de force à la définition de son imaginaire.

      En moins d'un siècle et demi, les essais empiriques des constructeurs, alliés ou concurrents des recherches physiques et mathématiques, doteront l'Europe d'un nouvel environnement architectural. Parmi les prototypes réussis, les serres du Jardin des Plantes (1834-1836) ou la gare de l'Est à Paris témoignent de la position d'avant-garde qu'occupait, en ce domaine, la France sous le second Empire. La fonte, le fer et l'acier, dont la résistance et l'élasticité se révèlent peu à peu aux bâtisseurs et aux théoriciens, vont se partager ou se disputer le premier rôle dans les ponts métalliques, ponts suspendus, serres, gares, marchés, grands magasins, églises, bâtiments industriels, sans oublier les expositions universelles, qui furent le lieu de toutes les audaces techniques et architecturales.

      Au triomphe du métal, fait écho pendant tout le siècle un débat passionné sur l'esthétique et la modernité du fer, qui oppose éclectiques et rationalistes : le fer est-il un simple moyen de construction ou la promesse d'une architecture nouvelle ? Avec l'Art Nouveau, le fer assurera l'union éphémère de la structure et de l'ornement, apothéose sans lendemain qui s'achève avec la Grande Guerre, l'avènement du béton armé et la radicalisation des doctrines esthétiques.

      Ce livre restitue la triple histoire du fer : celle d'une production industrielle et d'une technique de construction ; celle d'un matériau qui a permis et accompagné l'émergence de nouvelles typologies architecturales ; celle, enfin d'un objet de débat, au cœur de l'effervescente recherche de nouveaux langages stylistiques propres au XIXe siècle.


  • Origine de la notice:
    • FR-751131015 ;
    • BPI
  • Disponible - 724.406 LEM

    Niveau 3 - Arts