• Aide
  • Eurêkoi Eurêkoi

Livre

Paysages de Cagnes, Antibes, Juan-les-Pins : du XVIIIe au XXe siècle

Résumé

Pour découvrir les stations du littoral méditerranéen que sont Antibes, Juan-les-Pins et Cagnes-sur-Mer à travers des peintures de paysages d'artistes reconnus ou locaux.


  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2002
  • Notes
    • Index
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 231 p. : ill. en coul., jaquette ill. en coul. ; 29 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • Lieu
  • ISBN
    • 2-903574-73-1
  • Indice
  • Quatrième de couverture
    • Redécouvrir avec les yeux des peintres les merveilleux paysages de la Côte d'Azur peints et aquarellés au fil des siècles, tel est le propos de la collection «Voir en peinture». Initiée avec Nice, Villefranche, Beaulieu, poursuivie avec Cannes, Le Cannet, l'Estérel, cette excursion nous conduit aujourd'hui à Cagnes, Antibes et Juan-les-Pins, trois foyers artistiques fondamentaux.

      La beauté sauvage de la campagne, la magie de la mer bleue, la force minérale des cités fortifiées parlent d'emblée en peinture aux artistes. Jamais la Riviera ne semble appartenir autant à la Méditerranée qu'ici. Venir à Cagnes ou à Antibes devient une nécessité : c'est connaître les rivages de l'Antiquité, entrer de plain-pied dans l'histoire de la peinture, rejoindre les sources mêmes de l'art et de l'humanité. A Cagnes et Antibes s'opère la collusion parfaite entre un art et son modèle, entre la peinture et le paysage. Là ont vécu et travaillé la majorité des peintres qui ont posé les jalons essentiels de la modernité.

      A la suite des précurseurs Vernet et Fleury, Meissonier, Huet, Harpignies, Ziem, Boudin viennent y rafraîchir palette et inspiration. Pour en traduire la lumière Monet et Renoir inventent un nouveau langage coloré. Alors que Signac, Cross, Vallotton embrasent le paysage de dissonances, Modigliani, Foujita, Derain, Matisse, Picasso renouent le dialogue avec les classiques. Déchaînant le motif dans un tourbillon de couleurs intenses et farouches, Soutine s'affranchit du modèle. Enfin, Nicolas de Staël se brûle entre les frontières du figuratif et de l'abstrait.

      Chacun, arrêté face au paysage qui lui impose une liberté nouvelle, explore, remplit, creuse le vide séparant le motif de la toile afin de reconstruire un espace sans frontière, l'expression même de la peinture.


  • Origine de la notice:
    • BNF
  • Disponible - 75.17 POT

    Niveau 3 - Arts