• Aide

Bien mourir : sociologie des soins palliatifs

Livre

Résumé

Cet ouvrage retrace la genèse et la dynamique d'émergence d'une nouvelle façon d'appréhender la fin de vie à l'hôpital. Il analyse le processus de construction d'une médecine palliative qui s'affirme à travers la constitution d'un segment professionnel puis d'un monde social et explore la réalité concrète de ce monde social. Il s'attache à comprendre la construction pratique des soins palliatifs.


  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2003
  • Notes
    • En appendice, choix de documents
    • Bibliogr. p. 357-365
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • X-365 p. : couv. ill. ; 22 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • Lieu
  • ISBN
    • 2-13-053284-5
  • Indice
    • 305.6 Sociologie médicale. Sociologie de la santé
  • Quatrième de couverture
    • Nos sociétés connaissent une profonde transformation des sensibilités et des attitudes individuelles et collectives à l'égard de la mort. Face aux interrogations éthiques et aux débats suscités par la souffrance des malades, l'acharnement thérapeutique et l'euthanasie, «bien mourir» est devenu une préoccupation pour chacun d'entre nous. Jamais l'aspiration à une mort calme, sans douleur, entourée et pacifiée n'a été aussi forte, comme en témoigne le développement récent des soins palliatifs. On voit ainsi s'affirmer une nouvelle conception de la fin de vie, marquée à la fois par le projet de resocialiser la mort et par la volonté d'accompagner au plus près l'expérience intime de la personne mourante.

      À partir des situations concrètes vécues par les patients hospitalisés en service de soins palliatifs, l'auteur montre comment cette médecine accorde une place significative à la subjectivité et aux émotions du malade. La dernière période de l'existence est considérée par les professionnels comme un moment privilégié d'affirmation de l'individu, qui doit parvenir à prendre conscience de sa mort prochaine, voire l'accepter.

      Cet ouvrage propose d'interroger cette idéologie normative du «bien mourir» en analysant comment la fin de vie devient le lieu d'une nouvelle utopie sociale, dont les soins palliatifs sont emblématiques. Il constitue une des premières enquêtes sociologiques sur ce sujet, et s'appuie notamment sur le témoignage des médecins et soignants, mais aussi sur l'observation ethnographique des lieux de fin de vie et des pratiques de soins.

      Il permet ainsi de mieux comprendre la réalité quotidienne du travail à l'approche de la mort et les stratégies déployées par les professionnels confrontés à la souffrance des patients et à la nécessité d'humaniser les derniers moments de chacun.

      Cet ouvrage a bénéficié d'un soutien de la Mission recherche (MiRe) - DREES (ministères de la Santé et des Affaires sociales)


  • Tables des matières
      • Bien mourir

      • Sociologie des soins palliatifs

      • Michel Castra

      • Presses Universitaires de France

      • RemerciementsXI
      • Introduction. La fin de vie comme objet d'analyse sociologique1
      • Une nouvelle approche médicale de la fin de vie 3
      • L'affirmation d'un modèle du «bien mourir» 5
      • Une tradition sociologique d'études sur la mort 6
      • Une analyse en termes de segment professionnel et de monde social 8
      • Une perspective concrète du travail à l'approche de la mort 13
      • Première partie L'émergence d'une médecine de fin de vie
      • 1. Les transformations sociales du mourir21
      • La constitution de la mort comme problème social22
      • De l'invisibilité à la visibilité sociale de la mort 23
      • L'invention d'un thème 25
      • La dénonciation du «tabou» de la mort 27
      • La critique des excès de la médecine 30
      • Vers une redéfinition des relations médecin-malade 33
      • La revendication du droit à mourir : un mouvement de réappropriation du corps 36
      • Les propositions de loi Caillavet : vers une maîtrise individuelle de la fin de vie 39
      • L'invention d'une médecine de fin de vie42
      • Elisabeth Kübler-Ross : la naissance du mourant 42
      • Cicely Saunders : l'autonomisation de la fin de vie dans la médecine 46
      • Le processus d'importation de l'accompagnement de fin de vie en France 49
      • 2. Une construction sociale et professionnelle de la fin de vie57
      • L'élaboration d'une doctrine et de pratiques communes58
      • La critique des conceptions de la mort véhiculées par la médecine curative 59
      • La condamnation de l'euthanasie 62
      • Définir une activité essentielle légitime 65
      • Le contrôle des douleurs de fin de vie 68
      • La constitution d'un monde des soins palliatifs 70
      • Une redéfinition des rapports médecine - fin de vie72
      • Une médecine dévalorisée : se départir du stigmate de la mort 73
      • La réaffirmation d'une éthique collective de la fin de vie 77
      • L'affirmation d'une culture et d'une histoire communes80
      • La reconstruction du passé et des origines 81
      • Redéfinition des trajectoires biographiques et formes sociales de la réminiscence 84
      • Une «psychologisation» de la mort 89
      • À la recherche d'une légitimité sociale93
      • Militantisme moral et fin de vie 94
      • La fin de vie sur agenda politique 101
      • Le processus d'institutionnalisation des soins palliatifs 107
      • Vers un élargissement des frontières de la discipline : les équipes mobiles de soins palliatifs 111
      • Entrer dans le monde des soins palliatifs : la formation et le recrutement 114
      • Deuxième partie Une organisation sociale du mourir
      • 3. Organiser la fin de vie123
      • De nouveaux lieux pour mourir125
      • Une organisation de l'espace en rupture avec l'hôpital 125
      • Territoires et usages sociaux de l'espace 128
      • Un dispositif dérivé du système panoptique 133
      • Temporalité et rythme de travail135
      • La lenteur comme construit social 136
      • S'adapter au rythme du patient 141
      • Les soins palliatifs, antithèse de la mort sociale145
      • Le travail sur l'homme comme finalité 146
      • Travail profane et intensification des liens sociaux 152
      • Le travail de confort au fondement de l'activité du service160
      • Développer des savoir-faire autour du confort 161
      • Nursing de fin de vie et rôle féminin 166
      • Le travail médical 171
      • L'exigence de coopération 177
      • La modification des frontières entre professionnels 182
      • 4. Construire la figure du patient en fin de vie187
      • Sélectionner des trajectoires de fin de vie188
      • Construire une catégorie homogène de malades 189
      • Construire la crédibilité et la spécificité de l'unité 194
      • L'admission en soins palliatifs comme rupture biographique198
      • L'évaluation du rapport à la maladie et à la mort 198
      • Le passage de statut 203
      • La réorganisation des liens familiaux 206
      • Contractualiser la relation de soin209
      • L'engagement d'un processus de normalisation du mourir 209
      • Définir le travail du malade en fin de vie 213
      • Refus de statut ou absence de statut 216
      • Le travail sur la personne219
      • Culture curative, pratique palliative 220
      • Des conceptions différenciées de la pratique médicale 223
      • La division sociale du travail relationnel 233
      • Négocier l'identité du patient en fin de vie238
      • Travailler les émotions et l'histoire du patient 239
      • Travailler le rapport à la mort 246
      • Suggérer le doute et l'incertitude 249
      • Construire le sens de la maladie et de la mort 256
      • Les stratégies d'adaptation des patients 259
      • 5. La mort à distance269
      • Le sale boulot en soins palliatifs270
      • Matériau humain et pénibilité physique 270
      • L'épuisement moral du contact quotidien avec la mort 274
      • Inversion du stigmate de sale boulot et valorisation du travail 277
      • Gérer ses émotions et faire face à la mort283
      • Les risques d'implication personnelle et émotionnelle 283
      • Trouver la «bonne distance» 287
      • Travail en équipe et collectif de travail291
      • L'équipe comme refuge émotionnel 291
      • Partage de la mort et partage des émotions 296
      • Cohésion et solidarité 301
      • La dynamique du conflit 304
      • Le réajustement du travail à l'approche de la mort310
      • Anticipations et modification des priorités 310
      • Donner une forme sociale à l'agonie 318
      • La scène de l'après-mort 324
      • Une idéologie collective du bien mourir331
      • Des trajectoires idéales de fin de vie au mythe de la «bonne mort» 331
      • Évaluation sociale et morale de la fin de vie 335
      • Réinterpréter la fin de vie 338
      • Conclusion341
      • Annexe : L'enquête351
      • Matériaux et sources documentaires 351
      • Les entretiens 353
      • L'enquête par observation directe : une approche ethnographique des soins palliatifs 354
      • Bibliographie357

  • Origine de la notice:
    • BNF
  • Disponible - 305.6 CAS

    Niveau 2 - Sociologie, démographie