• Aide

Les portraits du pouvoir : actes de colloque, Académie de France à Rome, Ecole française de Rome, avril 2001

Livre

Résumé

Ce colloque, consacré au portrait comme symbole du pouvoir politique, de la Renaissance au XXe siècle, a réuni des spécialistes de l'histoire politique et de l'histoire de l'art. Propose une analyse pluridisciplinaire des représentations de détenteurs du pouvoir à différentes périodes de l'histoire.


  • Contributeur(s)
  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2003
  • Autre(s) forme(s) de titre
  • Notes
    • Index
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 350 p. : ill. ; 24 x 16 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • ISBN
    • 2-85056-608-X
  • Indice
    • 75.15 Représentation humaine. Portrait
  • Quatrième de couverture
    • Entre image et représentation, entre masque et visage, le portrait relève à la fois de l'art de la ressemblance et de la pratique sociale de la reproduction. De l'effigie du prince au buste de Marianne, de l'icône au cliché photographique, le portrait du pouvoir est, par ses codes figuratifs comme par les supports de sa publicité, un des genres qui a le plus mis en cause la poétique de l'imitation et contribué au renouvellement des modes d'utilisation, public ou privé, élitaire ou démocratique, de l'image. En effet, le pouvoir politique, quels que soient sa légitimité et son mode, a toujours cherché à s'incarner dans une icône dont le fonctionnement puisse réactiver la nature même de ce pouvoir et son autorité.

      Ce volume sur le portrait du pouvoir de la Renaissance au XXe siècle rassemble des contributions d'historiens du politique exercés dans l'interprétation des images comme des historiens d'art opérant avec différents outils. Il permet de faire le point sur les types d'analyses (iconologique, sémiologique, politique,...) mises en oeuvre pour «comprendre des représentations aussi fortement connotées. Une des ses originalités est de faire se croiser différentes méthodes autour d'une même oeuvre (le portrait du député noir Belley par Girodet) ou d'un même personnage (l'amiral Andrea Doria au XVIe siècle, Christine de Suède au XVIIe siècle) et d'interroger la rhétorique des portraits du pouvoir dans des cas atypiques (le portrait féminin, le pouvoir noir).


  • Origine de la notice:
    • Electre
  • Disponible - 75.15 BON

    Niveau 3 - Arts