• Aide

Comment fonctionne la Russie ? : le politique, le bureaucrate et l'oligarque

Livre

Résumé

Montre comment la bureaucratie en Russie, loin de refuser systématiquement les réformes, s'adapte à des données nouvelles en avançant aussi de nouvelles normes de comportement. Les appareils administratifs ont assuré des formes de régulations économiques et sociales essentielles qui, malgré la corruption, ont maintenu le pays en ordre de marche.


  • Contributeur(s)
  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2003
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 123 p. : cartes, couv. ill. ; 23 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • Epoque
  • Lieu
  • ISBN
    • 2-7467-0380-7
  • Indice
    • 328(47) Politique. Russie et ex-URSS, Pays de l'ex-URSS
  • Quatrième de couverture
    • Quand les réformes n'avancent pas et que le niveau de vie reste bas, quand la corruption se développe, il est facile d'accuser les bureaucraties de tous les maux. Le président Poutine lui-même les juge trop nombreuses, inefficaces, réactionnaires, corrompues, et prône une politique de "débureaucratisation".

      L'enquête menée dans ce livre renverse ce lieu commun du blocage bureaucratique et montre comment les administrations russes ont accompagné les transformations des quinze dernières années.

      En s'adaptant étonnamment bien aux nouvelles conditions capitalistes, en nouant des ententes avec les oligarques et les entreprises, elles ont assuré la continuité d'un État fédéral très affaibli, maintenu une sécurité sociale minimale et permis aux populations d'éviter une plus grande déstabilisation.

      Bien sûr, la corruption accompagne l'adaptation, car la Russie n'est pas un État de droit. Les fonctionnaires profitent de leur pouvoir pour imposer leurs propres règles et sont plus prompts à servir leurs intérêts qu'à servir l'État. On ne craint guère les sanctions politiques, économiques ou judiciaires. Les principes démocratiques n'ont pas transformé en profondeur les comportements et le simple citoyen reste plus spectateur qu'acteur dans la vie publique.

      Marie Mendras est chercheur au CNRS et au Centre d'études et de recherches internationales (CERI) ; elle enseigne à Sciences Po. Igor Kliamkine, sociologue, assure la vice-présidence de la fondation Mission libérale à Moscou. Elena Meleshkina, politologue, est chargée de recherche à l'Institut d'information en sciences sociales (INION). Elle est membre de l'Académie des sciences de Russie, à Moscou. Robert Orttung est chercheur au Transnational Crime and Corruption Center, et enseigne à l'American University de Washington. Louise Shelley est professeur de sciences politiques à l'American University de Washington.

  • Origine de la notice:
    • BNF
  • Disponible - 328(47) COM

    Niveau 2 - Politique