• Aide

Guerres et sociétés : Etats et violence après la guerre froide

Livre

Résumé

Les contributions à ce colloque tentent de faire la part, dans la guerre et ses effets, du local et du global. Elles s'interrogent aussi sur les transformations sociales que la guerre induit et sur la façon dont les conflits armés ont trait à la crise ou au contraire à la formation de l'Etat.


  • Contributeur(s)
  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2003
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 615 p. ; 22 x 14 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • Epoque
  • ISBN
    • 2-84586-392-6
  • Indice
    • 329 Guerre (théorie), stratégie
  • Quatrième de couverture
    • Comment penser la guerre dans la période inaugurée en 1989 par la fin de la Guerre froide et l'expansion de la globalisation ? Faut-il y voir, avant la mobilisation contre le terrorisme qui suit le 11 septembre 2001, une scorie de la mondialisation libérale ? Ou, au contraire, la marque d'un désordre international pérenne, même si ses formes peuvent être plus ou moins nouvelles ? Quels en sont les effets sur la construction (ou la décomposition) de l'État, qu'ébranlent déjà certaines manifestations de la globalisation ? Bref, comment faire la part, dans la guerre et ses effets, du local et du global ?

      Pour répondre à ces interrogations ce livre propose une réflexion sur quelques dimensions essentielles des conflits armés après 1989. État et globalisation suivent des cheminements tantôt parallèles tantôt confondus. Néanmoins, il est difficile d'établir une coupure radicale entre les formes des conflits qui précèdent ou suivent la dissolution des blocs. La prise en considération de la place de la guerre et de la violence dans certaines sociétés politiques comme celles des États-Unis, de l'Allemagne, d'Israël ou de la Russie débouche sur un double questionnement. D'une part, quant aux transformations sociales que la guerre induit, sans néanmoins qu'il s'agisse de faire de la violence l'accoucheuse de l'Histoire. D'autre part, sur la façon dont les conflits armés ont trait à la crise ou au contraire à la formation de l'État. Enfin, les mutations du système international après 1989 fournissent une dernière matière à réflexion, concernant notamment l'usage des sanctions, le rôle du droit et l'intervention d'acteurs non étatiques.

      Pierre Hassner est directeur de recherche émérite à la Fondation nationale des sciences politiques (Centre d'études et de recherches internationales).

      Ses travaux ont principalement porté sur la philosophie politique, l'étude du totalitarisme, les Balkans ainsi que les relations trans-atlantiques. Il a notamment publié La violence et la paix : de la bombe atomique au nettoyage ethnique, Le Seuil, 2002 et Washington et le monde. Dilemmes d'une superpuissance (avec Justin Vaisse), Autrement, 2003.

      Roland Marchal est chargé de recherche au CNRS (Centre d'études et de recherches internationales).

      Ses travaux portent sur une sociologie des guerres et de la violence en Afrique ainsi que sur certains aspects de la mondialisation subalterne. Il a notamment publié avec Christine Messiant, Les chemins de la guerre et de la paix, Karthala 1997 et dirigé l'ouvrage Dubaï, cité globale, CNRS-Editions, 2001.

  • Origine de la notice:
    • Electre
  • Disponible - 329 GUE

    Niveau 2 - Politique