• Aide

La punition mise à nu : pénalisation et criminalisation du suicide dans l'Europe médiévale et d'Ancien Régime

Livre

Résumé

A partir de l'étude du traitement judiciaire du suicide et du comportement suicidaire dans l'Europe médiévale et au cours de l'Ancien Régime, l'auteur, spécialisé en sociologie criminologique, s'interroge sur le phénomène de la punition. Il montre comment la société catégorise comme infraction et prévoit des représailles à l'encontre des actes qui menacent les fondements de sa cohésion.


  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2004
  • Notes
    • Bibliogr.
    • Textes en français et en néerlandais
  • Langues
    • Français
    • , traduit de : Néerlandais, flamand
  • Description matérielle
    • 180 p. : ill. ; 24 x 16 cm
  • Sujet(s)
  • Epoque
  • Lieu
  • ISBN
    • 2-87209-709-0
  • Indice
  • Quatrième de couverture
    • Pourquoi, par le passé, le suicide était-il considéré comme un crime ? Pourquoi le punissait-on ? Comment la collectivité justifiait-elle cette attitude et cette réaction ? Quelles peines la justice médiévale et d'Ancien Régime prévoyait-elle lorsque quelqu'un se suicidait ? Comment les exécutait-on ?

      À partir d'une étude passionnante sur la peine judiciaire du suicide et du comportement suicidaire dans l'Europe médiévale et d'Ancien Régime, Lieven Vandekerckhove s'interroge sur le phénomène de la punition en général.

      Sur base de son enquête, l'auteur avance l'hypothèse que toute punition constitue un acte de représailles. Ni plus ni moins. Face à des actes contraires à son échelle de valeurs, la collectivité éprouve un besoin de vengeance expliqué par le fait que ces actes portent atteinte au fondement même de la cohésion sociale. C'est ce "coup" porté au consensus moral qui entraîne les représailles et donc implique la punition. Et c'est encore lui qui amène la société à catégoriser ces actes comme des infractions. En rendant le mal pour le mal par la punition, la société peut décharger son indignation.

      Pour Lieven Vandekerckhove, utiliser l'argument d'efficacité pour expliquer la punition - de quelque infraction que ce soit - fait preuve d'une mauvaise compréhension du phénomène. Et c'est s'enfermer dans l'arsenal idéologique qui légitime la punition, au lieu de l'éclaircir.

      Docteur en sociologie et bachelier en philosophie,Lieven Vandekerckhoveest professeur à la Katholieke Universiteit Leuven (Louvain et Courtrai, Belgique). Ses recherches portent principalement sur la sociologie criminologique, la sociologie de la culture, et la sociologie de l'éducation.

  • Tables des matières
    • LA PUNITION MISE À NV
      Lieven VANDEKERCKHOVE
      ACADEMIA BRUYLANT
      • PREMIERE PARTIE. PUNIR : UNE QUESTION7
      • CHAPITRE I. DE QUOI IL S'AGIT 7
      • 1. L'identité de la punition7
      • 2. L'ancienne punition du comportement suicidaire9
      • CHAPITRE II. UNE EXPLICATION HISTORIQUE ? 11
      • 1. À la recherche de l'origine historique11
      • 2. La reconstruction historiographique de la criminalisation du comportement suicidaire12
      • 3. Une explication historique ? 19
      • 4. Étonnement sur l'origine historique24
      • 5. Une interprétation sociologique de l'origine historique29
      • DEUXIEME PARTIE. PUNIR : UN EXEMPLE37
      • CHAPITRE III. LES ANCIENNES PEINES CORPORELLES ET DEGRADANTES POUR COMPORTEMENT SUICIDAIRE 43
      • 1. Comme une bête43
      • 2. Le traînage47
      • 3. L'exécution53
      • 4. La punition 'posthume'59
      • 5. Et la tentative de suicide ? 68
      • CHAPITRE IV. ASPECTS PROCEDURAUX 73
      • 1. Vers une application plus restrictive de la punition73
      • 2. Instruction, preuve, procès78
      • 3. Exemption de la peine pour irresponsabilité pénale86
      • CHAPITRE V. L'ANCIENNE PEINE PATRIMONIALE POUR COMPORTEMENT SUICIDAIRE 95
      • 1. La confiscation comme punition du suicide95
      • 2. Quel était l'objet de la confiscation ? 100
      • 3. Où allaient les biens confisqués ? 109
      • 4. Les privilèges de non-confiscation115
      • 5. Le ravage118
      • CHAPITRE VI. LE SUICIDE DECRIMINÀLISE 121
      • 1. La revendication d'un droit pénal humain122
      • 2. Défenseurs et détracteurs de la décriminalisation du suicide125
      • 3. La décriminalisation dans nos contrées130
      • TROISIÈME PARTIE. PUNIR : UNE HYPOTHÈSE137
      • CHAPITRE VII. LA PUNITION RATIONALISEE 139
      • 1. Un amas d'absurdités ? 139
      • 2. Raison d'être de la punition : la dissuasion ? 141
      • 3. Raison d'être de la punition : la défense sociale ? 145
      • CHAPITRE VIII. DE LA SYMBOLIQUE VERS LES RACINES DE LA PUNITION 151
      • 1. De la symbolique151
      • 2. Pers les racines de la punition160
      • 3. Fin168
      • BIBLIOGRAPHIE 173

  • Origine de la notice:
    • Electre
  • Disponible - 340.93 VAN

    Niveau 3 - Droit