• Aide

Sans principe ni précaution le distilbène

Vidéo

Résumé

"C'est souvent comme ça que tout commence : par un examen médical. Un homme en blouse blanche tient une radio devant un panneau lumineux. Des masses tranparentes et bleues dessinent des formes mystérieuses : un utérus en T.-Votre mère a pris du distilbène ? -Du quoi ? - Un médicament pendant sa grossesse." Hormone de synthèse censée éviter les fausses couches, le distilbène (DES) fut prescrit aux femmes à partir des années 50 jusqu'en 1977, bien que la démonstration de son inutilité date de 1953 et qu'une étude américaine de 1971 prouve qu'il peut provoquer des cancers (les adénocarcinomes à cellules claires). Il est alors interdit aux USA. Malgré cela force est de constater le pic de prescription en France entre 1968 et 1971 tandis qu'aux Etats Unis il se situait entre 1951 et 1953, soit une génération plus tôt. Les filles nées après ces traitements ont des anomalies de la cavité utérine, des risques de cancers, de fausses couches à répétition, d'accouchements parfois très prématurés et de grossesses extra-utérines. Pour les garçons la probabilité d'être stérile est très grande. Ce qui se présentait comme un médicament miracle se révèle avoir des conséquences désastreuses.Le film est une enquête menée en France, en Belgique, aux Etats-Unis, en Allemagne où se croisent la parole des victimes, celle des médecins, des pouvoirs publics et des laboratoires pharmaceutiques. Il s'agit de comprendre les rouages (intérêts économiques, pensée dominante, pouvoirs et solidarité de corps,...) qui conduisent de l'erreur médicale à son déni actuel.


  • Disponible - 618 SAN - DVD

    Niveau 3 - Espace Films