• Aide

Sâdhu : devenir un saint homme ou juste un homme bien

Vidéo

Résumé

En Inde, le Sâdhu ("ayant atteint son but, homme de bien, saint homme ») renonce à la société pour se consacrer à la libération de l'illusion, l'arrêt du cycle des renaissances et la dissolution dans le divin, la fusion avec la conscience cosmique. "C’est à Gangotri, aux sources du Gange à 3200 mètres dans l’Himalaya, que j’ai rencontré Suraj Baba. Depuis huit ans, ce sâdhu vivait là, de méditation et de yoga. La première fois que je l’ai vu, il réparait le chemin qui menait de sa grotte au Gange. Je l’ai aidé à porter des pierres, il m’a porté un thé au lait avant de s’en retourner à son yoga sur les berges du fleuve sacré. Au fil des semaines, je me suis installé dans la grotte voisine, et au fil des mois, je suis devenu son ami. Le premier depuis huit ans. J’ai compris qu’il se sentait piégé par son érémitisme et n’osait plus retourner au monde après tant d’isolement.Lorsque je lui ai parlé de mon projet de rencontrer des sâdhus parmi les 70 millions de pèlerins de la Kumbha Mela, il m’a demandé si je pouvais l’y guider. Et on est partis pour ce pèlerinage qui, au fil des péripéties, est devenu le plus long de notre vie. Durant ces 18 mois de tournage, on dormait au bord des rivières, se nourrissait de ce que les pèlerins nous donnaient. Lui avançait avec sa petite besace, et moi je le suivais avec ma caméra, dans les plaines gangétiques, en Inde, à travers les cols de l’Himalaya, au Népal, au Mustang, vers le Tibet. Au fil du tournage, Suraj s’est avéré ne pas être un sâdhu comme les autres. Il ne cherchait pas une doctrine, mais son propre chemin. En doutant même de son statut de saint homme, il est devenu pour moi le vrai sage. Un homme en quête." Gaël Métroz.


  • Consultable à la Bpi

  • Consultable à la Bpi