• Aide

"Meurtre d'un bookmaker chinois" de John Cassavetes : strip-tease

Livre

Résumé

Une analyse du film du réalisateur américain. Cosmo Vitelli, patron d'une boîte de strip-tease à Los Angeles, est forcé de tuer un bookmaker chinois pour rembourser ses dettes de jeux. ©Electre 2017


  • Éditeur(s)
  • Date
    • impr. 2017
  • Notes
    • Bibliogr. et vidéogr., 1 p.
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 1 vol. (102 p. dont 32 de pl.) : ill. en coul. ; 17 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • ISBN
    • 978-2-87340-405-5
  • Indice
  • Quatrième de couverture
    • CosmoVitelli (Ben Gazzara), patron d'une boîte de strip-tease à Los Angeles, est contraint par la mafia locale de tuer un bookmaker chinois pour rembourser une dette de jeu. Si ce bref résumé ne semble guère répondre aux préoccupations de John Cassavetes, le projet de Meurtre d'un bookmaker chinois (1976-1978) n'est pourtant pas si éloigné de Une femme sous influence, qu'il vient d'achever, et surtout de Opening Night (1978), son film suivant. Cassavetes s'approprie les codes du film noir et plus souterrainement ceux de la comédie musicale pour dessiner un portrait bouleversant d'un homme seul, acculé à accepter un terrible marché pour, croit-il, conserver sa liberté. Nombre d'exégètes ont vu dans Cosmo Vitelli un autoportrait de Cassavetes confronté aux exigences des producteurs hollywoodiens. Cette séduisante hypothèse masque peut-être son véritable dessein : une mise à l'épreuve de la frontière entre la vie et la scène, déjà effective dans Too Late Blues (1961) et qui trouvera une forme d'aboutissement avec Myrtle Gordon (Gena Rowlands), l'héroïne de Opening Night. Cosmo et Myrtle sont les deux faces d'une même médaille : le premier veut vivre sa vie comme un spectacle, la seconde ne peut jouer sur scène autre chose que sa propre vie.

      Professeur en Études cinématographiques à l'université Rennes 2, codirecteur de la collection « Le Spectaculaire/cinéma » des Presses universitaires de Rennes, Gilles Mouëllic est l'auteur de nombreux articles et conférences consacrés aux rapports entre la musique et le cinéma en général (et le jazz et le cinéma en particulier). Il a codirigé plusieurs ouvrages collectifs et il est l'auteur notamment de Jazz et Cinéma (Cahiers du cinéma, 2000), Le Jazz, une esthétique du XXe siècle (Presses universitaires de Rennes, 2000), La Musique de film (Cahiers du cinéma-SCEREN-CNDP, 2003), ainsi que d'un recueil d'entretiens : Jazz et Cinéma. Paroles de cinéastes (Séguier-Archimbaud, 2006). Son dernier essai, publié aux éditions Yellow Now, a pour titre Improviser le cinéma (2011).

  • Origine de la notice:
    • FR-751131015
  • Disponible - 791.6 CASS 2

    Niveau 3 - Cinéma