• Aide

Sexualité et sociabilité masculine

Article

dans Sociologie

Auteur(s) : Trachman, Mathieu


  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2018-12-18
  • Notes
    • Au cours du xxe siècle ont émergé des groupes dédiés à des sexualités déviantes permettant de satisfaire des désirs qui n’avaient jusque-là peu ou pas d’espaces pour s’épanouir. À partir du cas d’un club de fessée entre hommes, créé en France à la fin des années 1980, l’article décrit le fonctionnement d’un tel espace en posant deux questions : comment une sexualité déviante prend-t-elle place dans une sociabilité ? Comment ce fonctionnement s’inscrit dans des rapports de genre ? Alors que sexualité et sociabilité sont souvent conçues comme antagonistes, l’ethnographie du club de fessée montre que celui-ci n’a pas pour seule fonction de rassembler des individus ayant le même désir : il permet de le partager et d’en discuter dans un cadre bienveillant, il banalise une pratique parfois vécue dans la honte, il définit les formes et frontières du fantasme. Pour ses membres, il s’agit parfois moins de réaliser son désir que de prendre une place dans un fantasme défini par d’autres. L’entre-soi masculin qui caractérise cette sociabilité n’est qu’un aspect des pratiques de genre qui y ont cours. Le club peut être conçu comme un espace qui saisit et définit une certaine masculinité, à distance de figures féminines et efféminées mais aussi d’une homosexualité masculine fière et assumée. Les trajectoires des enquêtés, caractérisées par une certaine discrétion et une sexualité restreinte, les manières dont les récits de fantasmes publiés dans le magazine du club cristallisent des moments spécifiques des socialisations masculines, la place de la douleur dans la pratique de la fessée permettent finalement de comprendre celle-ci comme la mise à l’épreuve d’une masculinité latérale.
  • Sujet(s)
  • Droits
    • info:eu-repo/semantics/openAccess
  • Résultat de :