• Aide

La fabrique du patrimoine de l'humanité : l'Unesco et la protection patrimoniale, 1945-1992

Livre

Résumé

A partir de l'étude de quatre sites, le Vieux Caire, Teotihuacan, Ellis Island-Liberty Island, Angkor, cette réflexion sur la conception du patrimoine international présente celui-ci comme le résultat d'une labellisation ou l'instrument de la mondialisation culturelle. Au modèle patrimonial inventé en France, s'est peu à peu substituée une construction pensée par l'assemblée des Etats-nations. ©Electre 2016


  • Contributeur(s)
  • Éditeur(s)
  • Date
    • DL 2016
  • Notes
    • En appendice, choix de documents
    • Bibliogr. p. 391-410. Notes bibliogr. Index
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 1 vol. (480 p.) : ill. en coul. ; 24 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • Epoque
  • ISBN
    • 978-2-85944-974-2
  • Indice
  • Quatrième de couverture
    • La fabrique du patrimoine de l'humanité

      L'Unesco et la protection patrimoniale (1945-1992)

      Aucune étude à ce jour n'avait retracé l'histoire de la fabrication du patrimoine de l'humanité, terme pourtant omniprésent dans nos sociétés sous ses différentes déclinaisons, notamment de patrimoine mondial. Isabelle Anatole-Gabriel développe ici une réflexion critique et neuve sur les mécanismes de sa fabrication par l'Unesco depuis la création de l'organisation internationale en 1945. Ce livre comble par conséquent une lacune importante dans la connaissance de ce phénomène au coeur du débat sur la mondialisation culturelle.

      Au modèle patrimonial inventé en France par la Révolution française s'est peu à peu substitué, avec la rupture de la Seconde Guerre mondiale, la décolonisation et une nouvelle géopolitique, un projet patrimonial négocié, une construction pensée par l'assemblée des États nations, qui fournit à celle-ci une représentation de son humanité. Ce projet prend forme par l'adoption de conventions internationales pour la protection du patrimoine. En restituant les enjeux idéologiques et les contextes politiques qui ont prévalu à l'établissement du cadre normatif international et en étudiant son application à quatre sites (Le Vieux Caire, Teotihuacán, Ellis Island-Liberty Island, Angkor), un système à caractère éthique et culturel se dévoile qui rend compte des différences entre le plan national et le pan international de fabrication du patrimoine. À cet égard, le socle éthique inventé par l'Unesco est une véritable refondation de la notion d'humanité qui rompt avec le montage conceptuel révolutionnaire français. L'utilisation d'archives inédites amène l'auteure à remettre en cause plusieurs idées reçues, notamment en démontrant le rôle déterminant des États non occidentaux dans ce processus ou en soulignant les rivalités institutionnelles ayant dirigé l'introduction de la dimension naturelle du patrimoine dans le cadre normatif. Sur le plan méthodologique, cette recherche pionnière remet en perspective la thèse selon laquelle le patrimoine et l'histoire sont deux discours sur le passé qui sont opposables et antinomiques.


  • Origine de la notice:
    • FR-751131015
  • Disponible - 795 ANA

    Niveau 3 - Tourisme