• Aide

Voici, 100 ans d'art contemporain

Exposition. Bruxelles, Palais des beaux-arts-. 2000-2001

Livre

Résumé

L'art, au XXe siècle comme depuis toujours, évoque l'homme (joies, peines, espoirs ou souffrances). Loin de la mainmise de l'Académie (impressionnistes, cubistes, Duchamp, surréalistes), il existe par son interaction avec le spectateur, et lui parle de la condition humaine.


  • Éditeur(s)
  • Date
    • 2001
  • Notes
    • Réédition corrigée et augmentée de l'ouvrage réalisé à l'occasion de l'exposition "Voici, 100 ans d'art contemporain" présentée au Palais des beaux-arts de Bruxelles du 23 novembre 2000 au 28 janvier 2001
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 318 p. : ill. ; 28 cm
  • Sujet(s)
  • Epoque
  • ISBN
    • 90-5544-367-0
  • Indice
  • Quatrième de couverture
    • En appeler à l'amour de l'art auprès d'un public dont, a priori, on ne sait guère mieux aujourd'hui que du temps de Manet s'il aura l'esprit suffisamment éduqué, le regard suffisamment aiguisé, le coeur suffisamment ouvert pour se laisser toucher, est infiniment plus difficile après Du champ qu'avant, parce que la part la plus informée de ce public sait ou croit savoir que les jeux sont faits: si c'est au musée, c'est de l'art. Le reste du public n'a que le choix de céder à l'intimidation ou de se sentir philistin. Chapitre 1, p. 33

      Vous voici

      Prendre soin de la peinture, c'est d'abord s'adresser à elle, lui porter un regard attentionné, c'est lui prêter la qualité d'incarner un autre à qui le peintre s'est adressé. Un peintre qui fait de la peinture soignée a en tête le goût du public auquel il s'adresse et qu'il espère toucher au moyen de sa peinture. Un peintre qui prend soin de la peinture, par contraste, ne pense jamais au goût du public pendant qu'il peint et sait qu'il n'a pas de reconnaissance à attendre de sa part, il lui abandonne le tableau achevé. Chapitre 2, p. 148

      Nous voici

      L'oeuvre est réussie dans la mesure où les spectateurs répondent à une demande d'amour par leur amour de l'art. N'est-ce pas la demande que nous adresse toute oeuvre d'art? Bien sûr, mais cela se dit si rarement. L'amour ne compte pas au nombre des vertus guerrières qu'on associe au mot avant-garde. «Stratégie» est dans toutes les bouches mais "amour" provoque des sourires gênés. Ça ne fait pas serieux, trop peu intellectuel, ringard, romantisme à l'eau de rose. En un mot, ça fait féminin ou, pire encore, efféminé.

      Chapitre 3, pp. 260-261

      Cet ouvrage est à la fois un témoignage et une méditation: le catalogue de l'exposition Voici (Palais des Beaux-Arts de Bruxelles), augmenté de photos d'installation, et un essai en trois parties où Thierry de Duve, commissaire de l'exposition, propose une vision neuve de la modernité artistique, articulée sur les questions de la présentation, de l'adresse et de l'en-commun.


  • Origine de la notice:
    • Electre
  • Disponible - 704-8(07) DUV

    Niveau 3 - Arts