• Aide

Les tentations du repli communautaire : le cas des Franco-Maghrébins en général et des enfants de Harkis en particulier

Livre

Résumé

Les problèmes identitaires des jeunes franco-maghrébins et enfants de Harkis tiraillés entre deux cultures.


  • Éditeur(s)
  • Date
    • 1997
  • Langues
    • Français
  • Description matérielle
    • 300 p. ; 22 cm
  • Collections
  • Sujet(s)
  • Lieu
  • ISBN
    • 2-7384-5313-9
  • Indice
  • Quatrième de couverture
    • Singulier paradoxe que celui-ci : nous sommes généralement portés à penser que relever de deux cultures constitue un facteur d'enrichissement. Or, dans les situations concrètes, les individus consacrent des efforts marqués pour se persuader du contraire, au mépris de ce qu'ils soutiennent publiquement. Tel paraît être le cas des jeunes Franco-Maghrébins qui, pour beaucoup, s'astreignent fréquemment et avec obstination à réduire leur «part» d'identité française au seul profit de leur culture maghrébine, au risque de s'enclore dans des attitudes communautaristes. Dans une certaine mesure, c'est aussi valable pour les enfants de Harkis qui, à l'inverse, exaltent le plus souvent leur identité française au détriment de leur «part» maghrébine avec une exclusive semblable. Dans les deux cas toutefois, l'issue est identique. Ce que l'on tenait pour un facteur d'épanouissement produit surtout des inconforts et des inhibitions que les personnes concernées ne parviennent pas à dissimuler. Cette tendance au cloisonnement s'oppose bien sûr à ce que nous appelons ordinairement «l'intégration» ; laquelle nécessite un relâchement des liens communautaires. Cela suppose en somme de sceller, aussi hors de son groupe d'origine, des solidarités organiques et nourrir des convergences multiples. Autant de voies qui préfigurent le pacte fraternel qui pourrait s'établir autour d'une réappropriation affable d'une certaine idée de la France, sans en laisser l'exclusivité à des nationalismes agressifs et xénophobes.

      Lauréat du concours national 1994 mécénat Seita-Anvie, premier prix du concours international 1993 de dissertation française de l'Académie des sciences des arts et des lettres de Marseille. Mohamed Kara est doctorant en sciences du langage à l'Université de Provence. Il est en outre formateur dans une école en travail social à Marseille - l'Institut Méditerranéen de Formation (I.M.F.)

      Collection «Logiques Sociales»

      Dirigée par Bruno Péquignot

  • Origine de la notice:
    • Electre
  • Disponible - 300.71 KAR

    Niveau 2 - Sociologie, démographie